Australian people can buy antibiotics in Australia online here: http://buyantibioticsaustralia.com/ No prescription required and cheap price!

Nouvelles du togo du 31 août au 31 décembre 2010

ASSOCIATION FRANCE - TOGO
Association loi 1901 - Préfecture de Paris - n° 321 06028 - J.O. du 19 avril 1978 - Sous Préfecture d’Antony (92) Siège social : 9, boulevard de Vanves - 92320 CHÂTILLON - Adresser toute correspondance à: Président de l’Association France-Togo: - 16 rue de Grattecap - 33290 Bordeaux-Blanquefort Tél. mobile : 06 84 97 15 51- courriel : associationfrancetogo@orange.fr -SitInternetWWW.associationfrancetogo.fr_ ________________________________________________________________________________________________________________________________ Période du 31 août au 31 décembre 2010
Les signataires de l’accord de gouvernement : le Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) et l’Union des Forces du Changement (UFC) expriment leur satisfaction sur les progrès obtenus en six mois de mise en œuvre de l’accord politique, notamment sur les discussions relatives au mandat présidentiel, sur la durée et la limitation du mandat présidentiel, le mode de scrutin pour l’élection présidentielle et les conditions d’éligibilité du président de la République. Il faut espérer que les échanges déboucheront sur un consensus de tous les acteurs de la classe politique, y compris le tout nouveau parti de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) issu de la scission de l’UFC. Le calme relatif qui règne dans le pays favorise la poursuite des grands travaux d’infrastructure, d’assainissement, de réhabilitation de patrimoines historiques, financés par l’Union européenne (UE), la Banque mondiale(BM), la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD), l’Agence française de Développement (AFD) et l’Allemagne. Par ailleurs, le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale viennent d’effacer plus de 80% de la dette extérieure du Togo soit 1,8 milliards de dollars. Les 19 créanciers qui composent le Club de Paris ont emboîté le pas aux Institutions de Breton Wood afin de porter l’annulation de cette dette à 90%. Le Togo ainsi libéré du poids de la dette, devrait redevenir solvable. L’argent qui servait au paiement des intérêts et au remboursement de dettes devrait désormais être consacré aux investissements dans les secteurs sociaux comme la santé, l’éducation, les infrastructures et les secteurs porteurs de croissance. En marge de cet acquis financier, l’accès à « l’eau potable pour tous » demeure un objectif de plus en plus crucial. Il faudrait, semble-t-il, au moins 1000 forages pour améliorer le taux de desserte en eau potable pour les populations vulnérables. 300 forages sont d’ores et déjà réalisés. Leur mise en service serait imminente. Il faudra cependant parer au plus pressé afin d’amener ce programme à son terme dans un délai acceptable, en y intégrant cette fois un plan de gestion et d’entretien de l’ensemble, forages, systèmes de pompage et d’adduction. Chers(es) amis(es) Que 2011 soit pour vous et vos proches une année de sérénité, de joies, de paix, de santé et que votre bonheur soit durable afin que nous ayons encore beaucoup d’occasions de consolider l’amitié franco-togolaise. Président de l’Association France-Togo Merci de penser à la cotisation de 2011 :
40€, par chèque libellé à l’ordre de : « Association France-Togo » adressé à :
Candide GNANSOUNNOU - Président de l’Association France-Togo
16, rue de GRATTECAP - 33290 BLANQUEFORT
Un reçu fiscal vous sera adressé dans les meilleurs délais.
Saviez-vous qu’après réduction d’impôt, votre cotisation ne vous revient qu’à
13,60€ ?
COMMUNIQUÉS.
Le Prix Littéraire France-Togo 2010 a été attribué à un Roman intitulé « L’ANGE RETROUVE » écrit par Monsieur David Yao KPELLY, âgé de 27 ans, né à Tsévié au Togo. La cérémonie de remise de Prix s’est déroulée le 23 novembre au Centre Culturel Français à Lomé, sous le patronage de l’Ambassadeur de France au Togo, en présence de nombreuses personnalités dont le Directeur Régional de l’Organisation International de la Francophonie, d’un représentant du Ministre de la Culture. Le Repas traditionnel de fin d’année eu lieu, comme prévu, le 11décembre au Restaurant LE PLATE’S sous forme d’un déjeuner dansant. Malgré les intempéries exceptionnelles à cette époque de l’année, adhérents et sympathisants ont bravé le froid, la neige et le verglas pour se rencontrer dans une ambiance très conviviale, agrémentée de musiques de danses exotiques irrésistibles. Le prochain Conseil d’administration se tiendra le 2 février 2010 à 18 heures dans l’une des deux salles «IVRY» de l’IGESA, Résidence Voltaire à Le Kremlin-Bicêtre. L’Agenda de l’Association sera défini au cours de ce conseil. ÉVENEMENTS POLITIQUES - DIPLOMATIE - ET DECISIONS GOUVERNEMENTALES.-
Un Comité technique et de mise en œuvre de la politique nationale d’aménagement du territoire a officiellement été installé jeudi 9 décembre par la ministre de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Dédé Ahoefa Ekoué. Composé de 33 membres issus des milieux universitaires, de la société civile et des organisations patronales, cette structure a en charge la collecte des données qui doit servir au gouvernement pour élaborer un schéma d’aménagement, autrement dit, une cartographie très précise des besoins vitaux de la population togolaise. Ces données sont précieuses pour déterminer les régions où il faudra construire des infrastructures de base (écoles, hôpitaux, routes, etc…) afin d’améliorer le quotidien des habitants et, le cas échéant, de corriger les disparités. Les représentants National Démocratic Institute (NDI) au Togo, de l’Ambassade des États-unis et des représentants des formations politiques ont adopté vendredi 10 décembre une nouvelle version du Code de bonne conduite des partis politiques et des candidats aux élections. Badié Hima du NDI-Togo a indiqué que le code, revu et corrigé par rapport à la version des présidentielles, intégrait les amendements de 14 partis. «Le Code de bonne conduite est un document qui engage tous les acteurs dans la construction des bases solides pour les élections à venir, notamment les élections locales, prévues pour 2011 », a indiqué M. Hima. Le NDI est une organisation non gouvernementale américaine qui œuvre pour le renforcement et le développement de la démocratie à travers le monde. Faisant appel à un réseau mondial d’experts volontaires, NDI accorde un appui pratique aux leaders politiques et dirigeants de la société civile qui travaillent à l’établissement de valeurs et institutions démocratiques dans leurs pays. La ministre du Développement à la base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Victoire Tomegah Dogbé, a signé lundi 13 décembre des conventions de partenariat avec la Banque Populaire pour l’Epargne et le Crédit (BPEC) et avec la Banque Régionale de Solidarité (BRS) dans le cadre du projet "Plantes à Racines et Tubercules" (PRT). Le PRT vise à promouvoir notamment la filière manioc et à améliorer le pouvoir d’achat des membres des groupements villageois. Signées pour une durée de deux ans renouvelables, ces conventions sont destinées à définir le cadre de collaboration et d’octroi de crédits aux groupements identifiés par le ministère du Développement à la base afin d’atteindre les objectifs du PRT. Le ministère s’engage, notamment, à favoriser l’accès des groupements aux services des deux établissements financiers pour le renforcement de leur capacité de production, de transformation et de commercialisation de la production de manioc. Les banques consentent à octroyer des crédits conséquents aux groupements de producteurs. Outre ces engagements communs, la BPEC octroiera des microcrédits aux éleveurs. Il s’agit d’un autre projet du ministère du Développement à la base dénommé "Chantier-Ecole-Elevage". La BPEC était, depuis 2009, le seul partenaire financier du ministère pour ce projet PRT. Cette banque a déjà octroyé aux producteurs de manioc des microcrédits d’une valeur totale de près d’un milliard de Fcfa au titre de la dernière campagne agricole. Un appui qui a sensiblement contribué à améliorer la dernière production de manioc. Pour faciliter la commercialisation, une campagne d’achat a été lancée lundi dernier à Koutago dans la préfecture de l’Ogou à (environ 190 km de Lomé) par la Mme Tomegah-Dogbé. Elle permettra aux paysans de vendre au moins 25.000 tonnes de manioc à la Société Sino Togolaise (SINTO) basée à Anié (200 km de Lomé) qui les transformera en alcool à 95° et en biocarburant. A la clé, plus de 1,4 milliards de francs pour les producteurs. MARCHES PUBLICS : RIEN NE SERA PLUS COMME AVANT « Notre volonté est de créer des conditions nécessaires pour une utilisation transparente et efficiente des ressources financières injectées par l’État dans la réalisation des travaux publics », a déclaré lundi 6 décembre Adji Otteh Ayassor (photo), le ministre de l’Economie et des Finances, à l’ouverture d’une réunion consacrée à la réforme du processus de passation des marchés publics. La centaine d’experts qui participent aux discussions doivent fixer un cadre juridique et institutionnel. L’idée est d’avoir désormais une séparation totale entre les fonctions de passation et le contrôle de régulation des marchés publics. Le Togo a mis en place, il y a un an, nouveau dispositif de gestion des marchés publics. La ministre du Développement à la base, Victoire Tomegah-Dogbé, a appelé vendredi 3 décembre à Kara les jeunes Togolais à participer massivement à la réalisation de Travaux à Haute Intensité de Main d’Œuvre (HIMO) inscrits dans le cadre des Programmes de Développement Communautaire (PDC). Ces travaux ont pour but d’offrir des emplois temporaires à environ 25.000 jeunes, notamment à travers le reboisement des espaces publics et communautaires afin de « réhabiliter l’environnement et réduire la vulnérabilité de la population rurale aux conséquences de dégradation des sols ». Financés par la Banque Mondiale à hauteur de 8,7 millions de dollars, soit plus de 4,3 milliards de F CFA, les PDC visent également à fournir quotidiennement des repas aux écoliers du primaire dans les zones les plus vulnérables du Togo. LE NOUVEL AMBASSADEUR DU TOGO EN FRANCE CALIXTE MADJOULBA PRESENTE SES LETTRES DE CREANCES . Le nouvel ambassadeur du Togo en France, Calixte Batossie MADJOULBA, a présenté vendredi 3 décembre ses lettres de créances au président Nicolas Sarkozy (photo) lors d’une réception au Palais de l’Elysées. Lors de sa brève intervention, le diplomate a saisi l’occasion pour réitérer, au nom du Président de la République, du gouvernement et du peuple togolais ses « sincères remerciements pour l’amitié et la coopération fortes et lisibles dans la plupart des secteurs du développement ». M. Madjoulba, a également fait par de son entière disponibilité à œuvrer pour le renforcement « des relations séculaires d’amitié, de solidarité et de coopération » entre le Togo et la France. Michèle Alliot-Marie s’entretient avec Calixte Batossie Madjoulba Né à Aného, Calixte Batossie Madjoulba (43 ans) est titulaire d’un master d’Etudes diplomatiques Supérieures et d’un Diplôme de relations internationales approfondies du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques de Paris (groupe HEI-HEP). Formation diplomatique, mais également militaire. Avant d’intégrer le ministère des Affaires Etrangères M. Madjoulba a occupé des fonctions de responsabilité au sein des Forces armées togolaises (FAT) en qualité d’officier supérieur. Il est diplômé de plusieurs écoles militaires françaises (Compiègne, Bourges, Tours) et ivoirienne (Bouaké). COOPERATION
INONDATIONS : COOPERATION TOGO-BANQUE MONDIALE. La Banque mondiale (BM) va aider le Togo à mettre en place des mécanismes permettant de réduire les risques liés aux catastrophes naturelles. Lors d’un entretien lundi 6 décembre avec le Premier ministre, Gilbert Houngbo, Paolo Caputo, chargé de programme de gestion des risques et catastrophes au Bureau Afrique de la Banque mondiale, a salué les efforts du Togo pour son engagement à protéger les personnes victimes des caprices de la nature, en particulier les inondations. « La Banque mondiale considère le Togo comme un partenaire sérieux dans son programme global de gestion des risques et catastrophes », a-t-il indiqué. Le pays est victime depuis quelques années de sérieuses inondations qui entrainent d’importants dégâts, perturbent la vie économique et, plus grave, font des victimes. ELECTIONS LOCALES : PROMOUVOIR LA DEMOCRATIE Dans le cadre du financement des activités liées à la promotion de l’état de droit, l’ambassade des Etats-Unis au Togo, via le Fonds pour la démocratie et les droits de l’homme (DHRF), a octroyé lundi 6 décembre, une subvention de 45.000 dollars à quatre organisations œuvrant dans le domaine de l’éducation civique. Les bénéficiaires sont l’Ong Alafia, Alternative Leadership Group (ALG), le Conseil consultatif des Femmes du Togo CCoFT) et le Centre d’observation et de promotion de l’Etat de droit (COPED). Cet argent sera utilisé pour des actions s’inscrivant dans la perspective des élections locales prévues en 2011. Il permettra aux ONG de sensibiliser les populations sur leurs droits et devoirs, la bonne gouvernance, la décentralisation et l’importance des scrutins locaux. « L’objectif premier du gouvernement américain est de soutenir la promotion de la démocratie, des droits de l’homme, des libertés politiques et individuelles et enfin d’encourager la formation civique des citoyens dans le monde entier », a déclaré l’ambassadrice des Etats-Unis, Patricia Hawkins (photo).
ETAT DE DROIT
Dans le cadre du financement des activités liées à la promotion de l’état de droit, l’ambassade des Etats-Unis au Togo, via le Fonds pour la démocratie et les droits de l’homme (DHRF), va octroyer des subventions à quatre organisations œuvrant dans le domaine de l’éducation civique. Le montant de l’aide est de 45.000 dollars Publié le 30/11/2010 « SELF HELP : AUTO ASSISTANCE» EN APPUI AUX GROUPEMENTS L’Ambassadrice des Etats-Unis au Togo, Patricia M. Hawkins, a procédé mardi 30 novembre à la remise officielle de deux locaux au groupement de production agricole « Novikpokpo-Noviwowo », à Zalivé, une localité située dans la préfecture des Lacs. Le projet qui comprend un local pour abriter les équipements et un autre pour le stockage ont été financés par le Programme d’auto-assistance « Self Help » de l’Ambassade des Etats-Unis La représentation diplomatique a également offert des moulins à maïs et des rappeuses de manioc. « Self Help » a l’ambition de promouvoir les activités génératrices de revenus et d’améliorer ainsi les conditions de travail des femmes. Tous ceux qui ont des micro-projets peuvent les soumettre à l’ambassade pour un éventuel financement.
MIEUX GERER LES MOUVEMENTS MIGRATOIRES
Une réunion s’est ouverte mardi 30 novembre à Lomé pour tenter de mieux venir en aide aux personnes déplacées ou exilées au sein de l’espace Cédéao. L’un des axes de réflexion porte sur l’élaboration d’ un système de référencement des personnes vulnérables et de jeter les bases d’une coopération entre l’ensemble des organisations régionales intervenant dans la protection des personnes victimes de traites, des demandeurs d’asile et de réfugiés. «Les mouvements migratoires se sont intensifiés ces dernières années et il y a nécessité de réfléchir à des besoins spécifiques exprimés par ces populations vulnérables. Les migrants voyagent ensemble mais ils ont tous des besoins différents. L’idée est d’identifiée ces besoins et d’apporter la meilleure assistance », souligne Lamine Daffe, l’envoyé spécial de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Cette réunion est organisée par le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) et par l’OIM.
L’AIMF SOUTIENT DES PROJETS EDUCATIFS AU TOGO
L'AIMF (Association Internationale des Maires Francophones) a participé aux travaux de la 54ème session ministérielle de la Confemen (Conférence des Ministres de l'Education ayant le français en partage) qui se sont tenus à Dakar du 18 au 20 novembre 2010. L'AIMF a rappelé à cette occasion qu’elle développe plusieurs programmes d'appui aux systèmes éducatifs, notamment au Togo, dans le cadre d'un projet d'appui pédagogique pour que les jeunes s'ouvrent à l'entreprenariat. Sur la base d’un exposé présenté par Joachim Hunlede, secrétaire permanent de l'Union des communes du Togo (UCT), l'AIMF a également réaffirmé le rôle des collectivités locales comme partenaire de développement sur le secteur éducatif. L’Union Européenne a accordé vendredi 19 novembre une aide d’urgence exceptionnelle de 49,2 millions de Fcfa destinée à venir en aide aux victimes des inondations, indique un communiqué de l’institution. « L’aide est mise en œuvre par la Croix-Rouge via le Fonds d’Urgence de Réponse aux Désastres et se traduit par des services de santé, la distribution d’eau et la fourniture d’ustensiles ménagers au sein de toutes les zones affectées », souligne le même texte. Voici le communiqué de l’Union européenne "La Commission européenne a alloué un fonds global de 529,325 euros soit plus de 347,2 millions de francs CFA, pour appuyer les pays de l'Afrique de l'Ouest, victimes des inondations. Le Togo bénéficie, à travers cette aide d'urgence régionale, d'une enveloppe de 75.000 euros soit près de 49,2 millions de francs CFA. En effet, près de 6.000 familles seraient affectées par cette catastrophe naturelle dans la région maritime, en particulier, dans les préfectures de Yoto, de Bas-Mono, des Lacs et du Golfe. Les autres pays bénéficiaires de l'Afrique de l'Ouest sont: Gambie 75,000 €, Ghana: 41,000 €, Mauritanie: 57,392 €, Niger: 140,095e, Nigeria: 75,000€ et Sénégal: 65,838 €. L’aide est mise en œuvre par la Croix-Rouge via le Fonds d’Urgence de Réponse aux Désastres (DREF) et se traduit par des services de santé, la distribution d’eau et la fourniture d’ustensiles ménagers au sein de toutes les zones affectées. Dès le début des intempéries, la Croix-Rouge de chaque pays touché, avec l’aide technique de la FICR, a couvert les besoins primaires des personnes qui avaient perdu leur logement. Outre cette aide d'urgence régionale, la Commission européenne par le biais de son service d'aide humanitaire d'urgence (ECHO) se prépare à décaisser également 200.000 euros soit 131,2 millions de francs CFA au bénéfice du Togo afin de l'aider à faire face aux besoins élémentaires des sinistrés. Cette aide sera mise en œuvre par les services de l'UNICEF". PROJET D’ENVIRONNEMENT URBAIN DE LA VILLE DE LOME (PEUL) : FINANCEMENT ADDITIONNEL Le grand Lomé compte aujourd’hui environ 1,5 million d’habitants; ils seront 2,5 millions en 2025. La capitale s’étend chaque jour un peu plus, largement au-delà de son périmètre administratif. De fait, de nombreux habitants ne sont pas en mesure de bénéficier des services publics de base. L’assainissement défaillant entraîne des inondations périodiques de la partie basse de la ville - on l’a encore constaté il y a quelques jours - et la collecte des ordures ménagères est peu efficace ou tout simplement inexistante. Les choses sont en train de changer grâce au Projet d’Environnement Urbain de la ville de Lomé (PEUL) qui devra permettre d’améliorer sensiblement l’environnement en luttant contre les inondations, le dépôt sauvage des déchets et les difficultés financières et managériales de la municipalité. Le financement est assuré par l’Union européenne (UE), l’Agence Française de Développement (AFD), la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) et la Banque Mondiale. Compte tenu de l’ampleur du chantier, le PEUL vient d’être doté d’une enveloppe supplémentaire de plus de 3 milliards de Fcfa accordée par les bailleurs de fonds. Publié le 20/11/2010 135 millions de Fcfa, c’est le montant de l’aide accordée mardi 9 novembre par le système des Nations Unies pour assister les autorités dans la gestion de la crise née récentes inondations. Des tentes et des bâches vont être acheminées dans les jours qui viennent aux sinistrés. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Atcha Titikpina, a remercié Rosine Sori-Coulibaly, la représentante de l’Onu au Togo, pour son aide. Les intempéries qui frappent le Togo et les pays voisins ont fait de nombreuses victimes, détruit des habitations et ravagé les cultures.
MALNUTRITION : AIDE DE LA FRANCE ET DE L’UNICEF
Dans le cadre du projet d’intervention post urgence dans la région des Savanes que la France a cofinancé avec l’UNICEF, l’ambassadeur de France au Togo, Dominique Renaux, a rendu visite le 18 octobre aux mères et aux enfants malnutris admis au Centre de Réhabilitation Nutritionnelle Intensive (CRENI) de Tantigou. L’objectif de cette visite est de mesurer l’impact de ce projet en cours de réalisation sur la santé des enfants de moins de cinq ans et des mères de la région des Savanes. En effet, l’ambassade de France au Togo a alloué en avril dernier un financement de près de 100 millions comme contribution aux activités de prise en charge d’environ 26 000 enfants malnutris dans les trois régions les plus touchées et particulièrement dans la région des Savanes au niveau des centres de réhabilitation nutritionnelle et au niveau communautaire. Une délégation l'Union Économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) a achevé lundi 18 octobre la visite des 300 forages qu'elle finance dans les régions Maritime, Kara et de la Savane au Togo. L'institution régionale envisage, à terme, la construction de 1000 forages dans tout le pays. Par ce programme, l'UEMOA, veut améliorer le taux de desserte en eau potable pour les populations vulnérables du Togo. La réception officielle des 300 forages se déroulera dans les prochains jours en présence du président de l'UEMOA La ministre de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Dédé Ahoefa Ekoué a rendu public lundi 13 septembre à Lomé le 3e rapport de suivi des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et du Cadre d’Accélération de la Réalisation de l’OMD. Ces deux documents font le point sur les progrès réalisés par le Togo, mais également sur les obstacles qui subsistent pour atteindre ces OMD. Côté positif, le ministre de l’Agriculture, Messan Ewovor, a cité le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) qui a permis d’améliorer la productivité des petits agriculteurs. Mme. Ekoué a pour sa part indiqué que le retard pris par le Togo s’explique par la faiblesse des ressources internes, de l’aide internationale et des effets conjugués des crises exogènes et internationales. La ministre de la planification, a donc plaidé pour l’urgence des pays développés à accroître les ressources pour l’Afrique et en particulier en faveur du Togo. Les OMD, huit objectifs adoptés lors d'un sommet mondial en 2000, visent notamment à réduire de moitié l'extrême pauvreté en 2015 par rapport à ses niveaux du début du siècle. Le 20 septembre prochain, de nombreux dirigeants de la planète se retrouveront à New York sous les auspices de l’ONU pour confirmer l’élan mondial en faveur de la lutte contre la pauvreté.
35 TONNES D’AIDE POUR LES DEFAVORISES
Le Fonds libyen pour l’assistance et le développement en Afrique a offert au Togo des produits alimentaires (riz, farine de blé, dattes) et des vêtements. Au total, 35 tonnes destinés aux populations les plus démunies lors d’une cérémonie dans les locaux diplomatiques en présence du ministre des Affaires étrangères, Eliott Ohin. Ahmed Daw Balluz, l’ambassadeur de Libye à Lomé a indiqué que ce don « s’inscrivait dans le cadre des très bonnes relations entre les deux pays et intervient la veille de l’Aïd el-Fitr (fin du Ramadan, ndlr) ». Même tonalité chez Eliott Ohin, qui a salué l’ « excellente coopération entre Tripoli et Lomé avec l’implication de plus en plus grande de la Libye dans de nombreux secteurs économiques ». S A N T É P U B L I Q U E – A C T I O N S O C I A L E
EPIZOOTIES ET ZOONOSES : LE TOGO SE PROTEGE Le Togo vient d’adopter un dispositif de lutte contre la grippe aviaire, la grippe pandémique humaine et les autres maladies animales prioritaires. Ce Plan stratégique national dévoilé mercredi 8 décembre est le fruit de plusieurs mois de travail mené par les experts de la FAO. «Ce dispositif national de prévention et de lutte contre les épizooties (maladie affectant brutalement un grand nombre d'animaux) et zoonoses (infection transmissible de l'animal à l'homme) va permettre au Togo de pouvoir faire face à une éventuelle épidémie sans aucune difficultés », a expliqué Sena Adufu, chargé du programme d’assistance dans la prévention et le contrôle de l’Influenza aviaire pathogène (IAHP). En 2007, le Togo avait découvert plusieurs foyers de maladies animales contagieuses dont la grippe aviaire, la fièvre charbonneuse et la peste porcine. Six organisations de la société civile ont lancé vendredi 3 décembre une campagne de sensibilisation sur l’importance du lavage des mains pour éviter la transmission des maladies. Cette fois, la campagne cible les jeunes enfants des écoles primaires et des collèges. Une première action s’est déroulée au Collège d’Enseignement Général de Djidjolé (Banlieue nord-ouest de Lomé) où des milliers d’élèves ont été invités à se laver les mains avant que les responsables des ONG et les professeurs en explique l’utilité. « Le changement de comportement chez les petits enfants est plus facile à obtenir, mais beaucoup plus difficile quand ils deviennent adultes. Les jeunes constituent des maillons pour le changement et il faut leur inculquer, dès le plus bas âge, les bonnes pratiques afin qu’ils soient protégés contre des infections qui peuvent nuire à leur vie », a expliqué François Tete, le coordinateur de l’ONG « Pont Universel », l’un des membres du Collectif. A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, qui s’est déroulée mercredi 1er décembre le ministre de la Santé, Komlan Mally (photo), a appelé les Togolais à la prudence afin de se prémunir contre la pandémie. La prévention doit être la règle, a expliqué le ministre invitant la population à se rendre dans les centres de dépistage en cas de doute ou après des rapports à risque. M. Mally a également rappelé que l’Etat prenait à sa charge les patients atteints du sida et qu’ils bénéficiaient des traitements ARV (antirétroviraux), seule parade efficace à ce jour. La ville de Mango (Préfecture de l’Oti) avait été choisie cette année pour accueillir différentes manifestations autour de cette Journée en présence des organisations internationales et des ONG. STOP AUX INFECTIONS NOSOCOMIALES! Le gouvernement part en guerre contre les infections nosocomiales. Une infection est dite nosocomiale ou hospitalière, si elle est absente lors de l'admission du patient à l'hôpital et qu'elle se développe 48 heures au moins après l'admission. Ce délai permet de distinguer une infection d'acquisition communautaire d'une infection nosocomiale. Au Togo, le taux d’infection est très important puisqu’il se situe entre 10 et 20%. Une réunion sur cette question s’est déroulée mercredi 24 novembre à Lomé en présence de représentants du ministère de la Santé et du milieu hospitalier. «La volonté est d’améliorer l’offre de soins et la qualité des prestations. Ils contribuent à l’efficience des systèmes de santé au Togo », a expliqué le Docteur Nomenyo Adjo, directrice adjointe de la Santé. Plusieurs mesures sont déjà effectives comme le port de la blouse, des chaussons, des masques, des gants et des lunettes, notamment lors des interventions chirurgicales. En outre, le matériel est stérilisé et le personnel de santé doit obligatoirement se laver les mains très régulièrement. Les visiteurs sont aussi invités à le faire, mais difficile de les y contraindre. Reste l’hygiène générale des hôpitaux (chambres, couloirs, parties communes); et de ce côté là, de gros progrès restent à faire pour limiter au maximum les risques d’infections. Le ministère de la Santé, en collaboration avec les principaux partenaires au développement, a lancé mardi 23 novembre une campagne intégrée (vaccination contre la rougeole, administration de vitamine A et déparasitage à l'Albentazol). Le coup d’envoi officiel a été donné lundi par le Premier ministre à Anié. "Nous devons faire en sorte qu'aucun enfant n'échappe à cette vaccination" a déclaré le ministre de la Santé, Komlan Mally (photo). La campagne prendra fin le 29 novembre prochain.
LA ROUGEOLE PRESQUE ERADIQUEE AU TOGO
Nous l’annoncions dans notre édition du 17 novembre, le Togo organise une campagne nationale de vaccination contre la rougeole, d’administration de la vitamine A et de déparasitage à l’Albendazole chez les enfants de 6 à 59 mois du 23 au 29 novembre. Dans un communiqué publié samedi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), rappelle qu’avant 2001, année de lancement de l’Initiative mondiale de lutte contre la rougeole, le Togo connaissait chaque année de grandes flambées épidémiques de rougeole. Depuis, le pays a organisé avec succès, trois campagnes nationales de vaccination (une de rattrapage et deux de suivi) qui ont permis de réduire considérablement la mortalité de plus de 94%. Voici le communiqué le l’OMS La rougeole est une infection respiratoire hautement contagieuse due à un virus appelé virus morbilleux. La mortalité liée à cette maladie est très élevée chez les enfants de moins de cinq ans et peut atteindre jusqu’à 20 % chez les nourrissons de moins d’un an. Les enfants qui contractent la rougeole risquent de souffrir d’invalidités durables, de lésions cérébrales et de cécité par exemple. La rougeole reste au niveau mondial la principale cause de mortalité due à des maladies évitables par la vaccination. Près de 40 % des 1,4 millions décès annuels sont dus à des maladies évitables par la vaccination. Avant 2001, année de lancement de l’Initiative mondiale de lutte contre la rougeole, le Togo connaissait chaque année de grandes flambées épidémiques de rougeole, conséquences de la faible couverture vaccinale en VAR qui était toujours en dessous de 50%. Dans le cadre du contrôle accéléré de la rougeole, le Togo a organisé avec succès, 3 campagnes nationales de vaccination (une de rattrapage et deux de suivi) qui ont permis de réduire considérablement la mortalité liée à la rougeole de plus de 94% L’organisation de la présente campagne de suivi, la troisième du genre, qui sera couplée à l’administration de la Vitamine A et de l’Albendazole viendra renforcer l’impact des précédentes. Cette campagne, tout en ciblant trois interventions prioritaires à savoir le vaccination contre la rougeole, la supplémentation en Vitamine A et le déparasitage à l’Albendazole vise à améliorer de manière significative la survie et le développement de l’enfant. Cette vaste opération d’immunisation des enfants, de supplémentation en Vitamine A et de déparasitage à l’Albendazole s’inscrit dans le cadre des réalisations vers l’atteinte des OMD4 et OMD5 qui nécessitent la réduction du nombre de cas de décès liés aux maladies évitables par la vaccination notamment ceux liès à la rougeole, une des cinq premières causes de morbidité et de mortalité du jeune enfant au Togo.
BELLE PRISE
Près de 22 tonnes de produits pharmaceutiques contrefais et périmés ont été détruits après leur saisie par les services des douanes togolaises, a rapporte dimanche 7 novembre l’Agence Xinhua, citant la télévision nationale. 250.000 cartons contenant, notamment, des anti-inflammatoires, du paracétamol et de l'eau glucosée ont été interceptés. Les contrefaçons, que l’on trouve sur les marchés et dans certaines pharmacies, sont parfaites; même emballage, même logo. Seul le contenu diffère de l'original. Les comprimés sont la plupart du temps inopérants en raison de leur composition et donc dangereux pour la santé. "Qu'on ne me dise pas qu'il ne s'agit pas d'un crime!", avait lancé l'ancien président français Jacques Chirac lors de son appel de Cotonou en octobre 2009 en s'appuyant sur des données alarmantes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : un médicament sur 4 est faux dans les pays en développement et 200.000 décès pourraient être évités chaque année si les médicaments prescrits contre le paludisme étaient conformes à la réglementation et capables de traiter réellement la maladie. L'excision du clitoris est une mutilation génitale féminine (MGF) pratiquée dans de nombreuses parties du monde. Elle est la plus courante en Afrique subsaharienne, même si elle est interdite dans de nombreux pays. Ces pratiques sont considérées comme traditionnelles dans la mesure où elles se sont installées dans un contexte animiste. Le combat contre ces mutilations est encore long et jalonné d'obstacles. Mais les bonnes volontés se mobilisent. Une trentaine d'organisations et de représentants de médias africains francophones se sont pour la première fois réunis à Lomé pour élaborer une stratégie de communication destinée à persuader l'opinion publique africaine de la cruauté de l'excision. Le Togo est l'un des 17 pays africains à disposer d'une législation condamnant les MGF. Publié le 19/10/2010
CHIRURGIE GRATUITE
Les interventions chirurgicales gratuites menées par l’association « Aimes-Afrique » ont pris fin samedi 25 septembre dans la région des Savanes. En deux semaines, les médecins ont opéré plusieurs centaines de patients, pour différentes affections, à l'hôpital de Mango et au CHR de Dapaong. AIMES AUX PETITS SOINS POUR LES SAVANES 3.184 consultations, dont 967 en ophtalmologie et 256 en stomatologie, c’est le premier bilan annoncé par l’ONG « Aimes Afrique » au terme de 4 jours d’une campagne de santé foraine dans plusieurs localités de la région des Savanes. 612 interventions chirurgicales gratuites sont planifiées ; elle débuteront dès lundi 13 septembre à l’hôpital de Mango. Les médecins bénévoles, dirigés par le Dr Michel Kodom, le président d’Aimes Afrique, se rendront la semaine prochaine dans les préfectures de Tandjoaré, Kpendjal, Cinkassé et Tône pour une série de nouvelles consultations. L'association Humanitaire pour la paix France-Togo va envoyer dans les hôpitaux de Lomé des équipements médicaux qui ont achevé leur carrière en France. C’est notamment le cas d’un mammographe (pour le dépistage du cancer du sein), propriété su service d’imagerie de l’hôpital de Wattrelos (Nord de la France). C’est ce qu’indique mercredi 8 septembre le quotidien Nord Eclair qui rappelle que l’année dernière un échographe et une table de radiographie mobile avaient déjà été envoyés au Togo.
PILULE AMERE
En raison de la prolifération des médicaments contrefaits au Togo, il est bien souvent difficile de reconnaître le vrai du faux et cela peut avoir de fâcheuses conséquences sur la santé. Depuis lundi 6 septembre pharmaciens et spécialistes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) discutent à Lomé pour tenter de mettre un peu d’ordre. Douze pays africains participent à la 4e session sur la pharmacovigilance en Afrique. «La pharmacovigilance permet de saisir les médicaments frelatés de sorte à trouver des solutions durables pour l’amélioration des soins sanitaires des populations », explique un participant. Au Togo, un centre de pharmacovigilance est installé au sein du CHU de Tokoin et assure, depuis 2007, la surveillance des médicaments et relève les cas d’effets indésirables des médicaments sur la santé. Les contrefaçons, que l’on trouve sur les marchés et dans certaines pharmacies, sont parfaites; même emballage, même logo. Seul le contenu diffère de l'original. Les comprimés sont la plupart du temps inopérants en raison de leur composition et donc dangereux pour la santé. "Qu'on ne me dise pas qu'il ne s'agit pas d'un crime!", avait lancé l'ancien président français Jacques Chirac lors de son appel de Cotonou en octobre 2009 en s'appuyant sur des données alarmantes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) : un médicament sur 4 est faux dans les pays en développement et 200.000 décès pourraient être évités chaque année si les médicaments prescrits contre le paludisme étaient conformes à la réglementation et capables de traiter réellement la maladie. ENSEIGNEMENT - CULTURE -EDUCATION - RELIGION
Le coup d’envoi d’un forum d’échanges, baptisé « Journées nationales de la Coopération Interuniversitaire (JNCI), a été donné lundi 6 décembre après-midi à Lomé sur le campus de l’université. Pendant deux semaines, chefs d’entreprises, responsables de banques et du ministère de l’Emploi, vont rencontrer les jeunes diplômés pour des interviews. L’objectif est de pouvoir recruter sur des compétences. Les JNCI s’adressent également aux étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études à l’étranger. L’ambassade des Etats-Unis dispose sur place d’un représentant pour répondre aux questions relatives aux universités et à l’octroi de bourses. Ces journées de recrutement et d’information sont organisées par l’Association des Étudiants Togolais (ACDEMIA Plus). DES MILLIERS DE CORANS ARRIVENT AU TOGO Plusieurs milliers de corans ont été offerts au Centre islamique Ibn Taymiyyeh du Togo, rapporte mardi 29 novembre le quotidien en arabe de Dubaï, « Al-Khalij ». Un don de l’association de Dar-ol-Bir. Les exemplaires du livre sacré sont destinés aux étudiants et aux professeurs pour « mieux comprendre et intégrer les préceptes de l’Islam ». Cité par le journal, Yusuf Al-Yatim, le vice président de l’association explique que cette démarche s’inscrit dans la volonté de l’ONG « de ne ménager aucun effort pour servir la saint coran ». « En coopération avec l’Office islamique pour les oeuvres charitables de Dubaï, les copies du coran seront distribués dans les mosquées, les écoles et les centres de recherche sur la religion », a-t-il ajouté.
DU VIRTUEL AU REEL
Le Togo et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation la science et la culture (Unesco) ont signé vendredi 12 novembre à Lomé un protocole d’accord relatif au projet intitulé «Campus Virtuel Africain au Togo », financé à hauteur de 150.000 dollars par le gouvernement du Japon. «Ce projet est destiné à améliorer la qualité de l’enseignement en utilisant les techniques de l’information et de la communication. Il vise à donner une formation à grande échelle au Togo et à renforcer les capacités de l’enseignement supérieur, technique et de la formation professionnelle », a expliqué François Galley, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Le Centre Informatique et de Calcul (CIC) de l’Université de Lomé a été choisi pour abriter le Campus Virtuel Africain (CVA).
FESTIVAL INITIATIQUE
La 5e édition du Festival des divinités noires se déroulera au Togo du 15 au 19 novembre, a annoncé lundi 15 novembre Têtê Wilson-Bahun (photo), le président du comité d’organisation. «Des milliers de spectateurs vibreront aux rythmes des couvents, des sociétés initiatiques et des groupes culturels de Côte d’Ivoire, du Mali, du Bénin, du Ghana, de l’Afrique du sud et du Togo », a-t-il indiqué. Le Festival accueillera pour la première fois la plus grande société initiatique du contient africain, les Dogons du Mali. «Les Dogons ont une histoire particulière. Il existe le mythe Dogon, la cosmogonie Dogon, les masques Dogon, l’architecture. C’est un peuple qui a résisté à la colonisation et aux pénétrations des autres cultures. Les dogons sont originaires, non seulement d’Égypte mais ils sont aussi les descendants du premier empereur malien, Soundiata Keïta », a précisé M. Wilson-Bahun. La 1e partie du festival aura lieu du 3 au 11 décembre au Centre Culturel Français de Lomé (CCF) avec des expositions et des défilés de mode. Puis la seconde, dite «spirituelle », s’ouvrira le 15 décembre à Glidji, le « Vatican » du Vodou et dans la ville d’Aného. EDUCATION POUR TOUS : SOUTIEN DE L’AFD L’ambassadeur de France au Togo, Dominique Renaux, a livré le 18 octobre 2010 à Essozimna Bernadette Lèguezim-Balouki, ministre des Enseignements Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation, un lot de véhicules financés sur les fonds de l’Agence Française de Développement (AFD) dans le cadre du projet Education Pour Tous au Togo (EPTT). Cette cérémonie a eu lieu à la Direction Régionale de l’Education de Dapaong, en présence de Pascal Bodjona, Ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Porte-parole du Gouvernement, de Batienne Kpabré-Sylli, Ministre du Tourisme, et de nombreux préfets de la région des Savanes, indique un communiqué de l’AFD. D’une valeur de près de 166 millions de francs CFA, ces véhicules (7 Toyota pick-up et 29 motos de marque Yamaha) faciliteront le travail de la Direction Régionale de l’Education (DRE) de Dapaong, des inspections de l’enseignement préscolaire et primaire (IEPP) de la région des Savanes, et des équipes locales de l’ONG Aide-et-Action International en charge du suivi du programme régional de constructions scolaires financé dans le cadre du projet soutenu par l’AFD. Démarré en 2008, le projet « Education Pour Tous au Togo », financé grâce à une subvention d’un montant de 10 millions d’euros (soit plus de 6,5 milliards de francs CFA) est mis en œuvre par les services du Ministère des Enseignements Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation (MEPSA). Il vise à appuyer la nouvelle organisation du ministère, à renforcer ses différents services (tant au niveau central que dans les régions), à instaurer un dispositif de formation initiale et continue des instituteurs et des personnels d’encadrement, avec un accent particulier sur la région des Savanes. Ce projet a d’ores et déjà permis le perfectionnement de plus de 5000 enseignants et de 4200 directeurs d’écoles dans l’ensemble des régions du Togo. Un premier groupe de 35 professeurs d’écoles normales a été formé en prévision de l’ouverture prochaine de nouveaux centres de formation d’instituteurs. Le projet a également permis le perfectionnement de 200 inspecteurs et conseillers constituant les nouvelles équipes d’encadrement pédagogique de proximité. Au total, ce sont plus de 120 000 journées-stagiaires qui ont été organisées avec l’appui de ce projet. Grâce au projet, la région des savanes bénéficiera prochainement de plusieurs réalisations : - à Dapaong, le projet EPTT permettra le financement, pour un montant de près de 300 millions de francs CFA, des constructions du futur Centre Régional de Formation d’Instituteurs et de la nouvelle Direction Régionale de l’Education ; - à Tandjouaré, Mandouri, Cinkassé et Mango, ce projet financera la réhabilitation ou la construction des locaux des inspections de l’enseignement préscolaire et primaire, pour un montant total de 230 millions de francs CFA. Les appels d’offres relatifs à ces différentes constructions seront très prochainement lancés. Les travaux devraient durer 7 à 8 mois et l’ouverture des sites est prévue au cours du second semestre 2011. Les activités soutenues dans la région des Savanes par le projet EPTT ne se limitent pas à la construction d’infrastructures administratives. En effet, plusieurs écoles (16 au total) seront construites sur financement du projet en collaboration avec les équipes régionales de l’ONG Aide-et-Action International et les représentants des communautés des villages bénéficiaires. D’un coût total de 450 millions de francs CFA, ces écoles, comme celles de nombreuses circonscriptions scolaires de la région, bénéficieront d’un meilleur soutien pédagogique grâce à des missions d’inspections et de conseil plus fréquentes car facilitées par les véhicules remis aux services de la Direction régionale de l’Education. L’Agence Française de Développement intervient depuis de nombreuses années dans le secteur de l’éducation, un des trois secteurs de concentration de l’aide française au Togo. Le montant cumulé des engagements de l’Agence s’élève à 12 milliards de francs CFA sur les 7 dernières années. Les actions conduites par le Ministère des Enseignements Primaire, Secondaire et de l’Alphabétisation avec l’appui de la France répondent aux objectifs de scolarisation primaire universelle rappelés dans le Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté adopté mi-2009 par le Gouvernement Togolais et qui fait de l’Education Pour Tous un objectif majeur de l’action éducative nationale.
LE PRIX DU TALENT
Les artistes togolais ont d’énormes difficultés à vivre de leur passion. Et pour cause. Les droits d’auteurs sont rarement reversés par les diffuseurs (radios et télévisions, restaurants, commerces), sans même évoquer le piratage dont leurs œuvres sont l’objet. Un petit tour sur un marché de la capitale donne une idée de l’ampleur du phénomène. Un business très profitable pour les commerçants, beaucoup moins pour les compositeurs, chanteurs et musiciens. Le Bureau togolais des droits d’auteur (BUTODRA), eh oui, il en existe un, a réuni mardi 30 novembre à Lomé plusieurs artistes de la chanson, des responsables de chaînes de télévision et de stations FM et des patrons de bars et restaurants pour les sensibiliser. « Les radios, les maquis, ou les télés diffusent à longueur de journée nos morceaux sans jamais payer un franc », explique Basile Adéwoussi (photo), le porte parole des artistes. Reste que la collecte des redevances s’avère particulièrement ardue. C’est sous une pluie battante que les 64.000 étudiants des universités du Togo ont repris les cours lundi 4 octobre « L’université semble présenter de contraintes quand on y rentre pour la première fois, mais elle requiert beaucoup d’investissement personnel, de travail assidu, bref, d’engagement total », a indiqué le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, François Galley. Les autorités ont entrepris de moderniser les deux grandes universités du pays, celle de Lomé et celle de Kara. « A l’université de Lomé, un amphithéâtre de 1500 places vient d’être réceptionné, des études sont en cours pour la construction d’un bloc polyvalent avec des salles de travaux dirigés et des salles d’examen de 2250 places. A l’université de Kara, un restaurant universitaire et un cybercafé seront ouverts en 2011. L’administration de la fac a également fait l’acquisition d’un bus pour le transport des étudiants », a indiqué le ministre conscient que beaucoup reste à faire dans ce domaine. M. Galley a efin précisé que le gouvernement avait alloué un budget de plus de 7 milliards pour les bourses et stages des étudiants togolais et étrangers. D’ailleurs, une antenne de la Direction des bourses et stages vient d’être inaugurée à Kara. «La plupart des enseignants du préscolaire et du primaire n’ont reçu aucune formation initiale ». Constat accablant que l’on peut lire dans une étude consacrée aux « politiques éducatives en matière de recrutement et de formation des enseignants au Togo», réalisée par la « Coalition Togolaise pour l’Education pour Tous » (CTET). L’éducation de base est à la dérive avec des enseignants peu ou pas formés et un manque d’effectif évident. Pour la CTET, cela remet en cause tout le système éducatif togolais. L’étude est destinée à alerter les pouvoirs publics pour entreprendre les réformes qui s’imposent.
22 MILLIARDS POUR L’EDUCATION
Le Comité de financement du Fonds Catalytique de l’initiative Fask Track a accordé une aide de 22,5 milliards de Fcfa au Togo pour le financement du Projet Éducation et renforcement Institutionnel (PERI). La signature de l’accord s’est déroulée vendredi 29 octobre à Lomé entre le représentant résidant de la Banque mondiale (BM) au Togo, Hervé Assah, et le ministre de l’économie et des Finances, Adji Otèh Ayassor. «La mise en œuvre du PERI s’étend sur une période de trois ans, et il est prévu la construction de 815 nouvelles salles de classes, dotées de points d’eau et de latrines, le tout avec un accès facile aux personnes handicapées. Le projet prévoit également la fourniture de 1,5 millions de manuels scolaires accompagnée de 50.000 guides pour les instituteurs. Des subventions seront accordées aux écoles pour un montant total de 2,5 milliards de Fcfa et 3 nouvelles Écoles Normales d’Instituteurs seront créées », a indiqué M. Ayassor. Pour la ministre des Enseignements primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Bernadette Léguézim Balouki, ce soutien est «un grand jour pour l’éducation au Togo car sa finalité est de faciliter l’accès à l’école, d’améliorer la qualité des enseignements, et renforcer les capacités institutionnelles du ministère de tutelle et de ses différents départements ». Le représentant de la Banque mondiale a pour sa part salué les efforts menés pour parvenir à cette étape du projet et a encouragé les autorités togolaises à poursuivre ses efforts pour relever les défis posés au secteur de l’éducation. L’initiative Fast Track – Éducation pour Tous (IFT- EPT) encore appelée « Initiative Fast Track » a été lancée en 2002. C’est un partenariat entre bailleurs de fonds et pays en voie de développement destiné à accélérer les progrès en vue d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).
LEADERSHIP
500 futurs énarques ont repris les cours lundi 27 septembre. Etudiants et fonctionnaires de différentes nationalités vont suivre trois ans de formation pour pouvoir accéder à de hautes responsabilités dans la fonction publique ou dans le secteur privé. « Le gouvernement accorde une attention toute particulière à l’Ecole Nationale d’Administration pour en faire un établissemen de référence. Elle doit délivrer un enseignement de qualité pour que les élèves, en sortant, puissent servir dans une administration qui soit à la vitrine du pays », a déclaré le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative lors de la rentrée solennelle. Le directeur général de l’Ena, Adjéoda Djifa Richard, a indiqué l’Ecole se tenait prête à accompagner le gouvernement dans le cadre des réformes visant à moderniser l’administration publique. La Chine a offert vendredi 24 septembre au Togo plus de 2000 livres et DVD en français contenant des documents relatifs à l’histoire ancienne et moderne de ce pays. L’ambassadeur de Chine, Yang Min, a officiellement remis ce don à Yacoubou Hamadou, le ministre des Arts et de la Culture Selon l’Agence Xinhua, livres et DVD, qui seront disponibles dans les bibliothèques publiques, portent, notamment, sur la politique, la diplomatie, la société chinoise, l’économie, l'éducation, les arts et la culture. Une aide équivalente à un milliard de francs a été accordé par l’Unicef au Togo pour moderniser le secteur de l’éducation, l’un des axes centraux des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Une cérémonie officielle s’est déroulée à cette occasion jeudi 16 septembre à Tsévié (35 km de Lomé), où l’Agence onusienne a construit une école primaire. Viviane Van Steirteghem (photo), la représentante de l'UNICEF à Lomé, a indiqué que ce don s’inscrivait dans le cadre de la coopération étroite avec le Togo. La ministre des Enseignements primaires, secondaires et de l'alphabétisation, Bernadette Essozimna Leguezim-Balouki, a remercié l’institution « pour son appui constant non seulement au secteur de l'éducation mais aussi à l'ensemble des secteurs sociaux ». Le don de l’Unicef servira à acheter du matériel pédagogique, des équipements scolaires et à construire ou rénover des écoles. ECONOMIE – INDUSTRIE – TOURISME
EFFACEMENT DE PLUS 80% DE LA DETTE EXTERIEURE DU TOGO Le Togo vient de bénéficier d’un effacement de plus 80% de sa dette extérieure, soit 1,8 milliards de dollars, ont conjointement annoncé mardi 15 décembre à Washington le Fonds monétaire internationale (FMI) et la Banque mondiale (BM). « Nous célébrons cette bonne nouvelle et nous félicitons le gouvernement togolais pour les efforts substantiels qu’il a déployés pour atteindre ce stade, mais nous l’engageons aussi à maintenir une politique budgétaire prudente et à améliorer la gestion de la dette », a déclaré Madani M. Tall, Directeur des opérations pour le Togo à la Banque mondiale. « Il est maintenant crucial que les ressources dégagées par cet allégement de dette soient pleinement consacrées au développement du pays, principalement dans les secteurs sociaux et dans des réformes propices à la croissance. J’engage donc les autorités à maintenir cet élan en utilisant l’allégement de dette pour réduire la pauvreté, ainsi que pour diversifier l’économie et en accroître la compétitivité. » Le Togo devient le 31e pays à atteindre le point d’achèvement de l’initiative PPTE. Le point d’achèvement marque la fin du processus PPTE pour le Togo, qui a commencé en décembre 2008 lorsque les conseils du FMI et de la Banque mondiale ont convenu que le pays avait rempli les conditions requises pour atteindre le point de décision, stade auquel les pays commencent à recevoir un allégement de dette intérimaire. La Semaine de l’emploi se déroulera du 14 au 16 décembre au Palais des congrès de Lomé. Employeurs, diplômés, particuliers souhaitant créer leur entreprise, étudiants vont arpenter les stands à la recherche d’opportunités Plusieurs réunions thématiques sont prévues : mesures incitatives en faveur des PME/PMI, contribution de la Diaspora, meilleure insertion des jeunes et des personnes handicapées. La 8e Foire Internationale de Lomé a fermé ses portes lundi 6 décembre 240.000 visiteurs ont été comptabilisés en deux semaines. Les organisateurs ont enregistré la présence de 616 exposants venus de 14 pays dont, pour la première fois, d’Italie. Un bilan jugé largement positif par Johnson Kueku-Banka , le commissaire général de la Foire. Le porte conteneurs « Africa Four », nouveau fleuron de l’armateur français CMA-CGM a accosté lundi 6 décembre au port de Lomé pour une visite inaugurale. Une cérémonie s’est déroulée en présence du ministre des Transports, Ninsao Gnofam, du directeur général du Port autonome de Lomé (PAL), le contre amiral Fogan Adégnon, et des responsables de Delmas Togo, filiale du groupe. Stéphane Daou, le directeur général de Delmas pour le Togo a souligné que cette escale illustrait la volonté de son groupe d'intensifier ses activités sur la plate forme portuaire de Lomé et de contribuer ainsi à l'essor économique du Togo. D’une longueur de 228 mètres, le navire est sorti des chantiers navals de Hanjin Heavy Industries aux Philippines en octobre 2010. Il est spécialement conçu pour s'adapter aux spécificités des ports Africains.
mondial de transport maritime en conteneurs avec 400 bateaux est aussi le 2e opérateur dans ce secteur au Togo où il exporte principalement du coton et du cacao. Voici le discours prononcé par le directeur général du PAL C'est un honneur et un plaisir pour nous d'accueillir en ce jour, le navire "Africa Four" du groupe CMA-CGM qui effectue son escale inaugurale dans notre port et qui vient augmenter le nombre des navires dont le port autonome de Lomé est une escale privilégiée. Nous sommes alors satisfaits et fiers que notre port soit le choix de CMA-CGM, 3ème groupe mondial de transport maritime en conteneurs et plus de 400 navires et 2ème opérateur dans ce secteur au Togo avec 126 navires opérés en 2009. Ce choix n'est pas le fruit du hasard. Il est certainement dû aux différents atouts et avantages que présente le port de Lomé pour les navires et les marchandises. En effet, avec 14 mètres de profondeur, le port de Lomé demeure le port en eau profonde de la côte ouest africaine qui offre des atouts naturels remarquables et permet ainsi l'accostage des navires à fort tirant d'eau ou de grande envergure. Le port de Lomé est aussi un port sûr qui offre une qualité de service tant dans l'accueil des navires que dans la manutention, il assure également la rapidité des opérations et les meilleures conditions de transit pour les marchandises des pays sans littoral. Mesdames, messieurs, L'arrivée du navire Africa Four contribue également à l'essor du trafic du port autonome de Lomé qui connaît depuis quelques années, une évolution soutenue, signe de la relance de l'économie de notre pays, relance entreprise par les plus hautes autorités togolaises. Afin d'illustrer nos propos, soulignons que pour une desserte maritime de 1.166 navires, le port autonome de Lomé a enregistré en 2009, un tonnage global de 7.326.128 tonnes de marchandises dont 3.025.795 tonnes de trafic conteneurs représentant 354.480 boîtes, soit 41% du trafic global. Mesdames, messieurs, L'évolution des échanges maritimes internationaux et le développement de la conteneurisation obligent les ports et les navires à s'adapter afin de pouvoir accueillir de forts tonnages. Le port autonome de Lomé, toujours dans sa quête continue de la qualité de service et en vue de répondre aux exigences du transport, maritime international, a élaboré un grand projet de développement et d'extension de ses infrastructures. Ce programme qui comprend principalement l'agrandissement du quai minéralier, la construction du 3ème quai et la construction d'une nouvelle darse avec un bassin d'eau de plus de 16 mètres de profondeur, permettra au port autonome de Lomé d'envisager l'avenir avec beaucoup plus de sérénité. Mesdames messieurs, Permettez nous d'exprimer notre reconnaissance aux plus hautes autorités de notre pays qui mettent tout en œuvre pour le développement de la place portuaire de Lomé. Permettez-nous également d'adresser nos félicitations au directeur général de Delmas Togo du groupe CMA CGM pour ce beau navire. Enfin nous voudrions remettre au commandant Oleksandr Varaksa, en souvenir de son escale à Lomé, une première avec le navire Africa four, la plaque commémorative du port autonome de Lomé. Bon vent, bonne mer à Africa Four et à son équipage. Les Toyota Mitsubishi et autres Nissan qui avaient terrassé il y a une vingtaine d’années les constructeurs français comme Peugeot ou Renault en Afrique de l’Ouest seront-ils à leur tour contraints à l’abandon. Depuis quelques années, l’industrie automobile chinoise pointe le bout de son nez sur le continent. Jadis technologiquement dépassés, les modèles d’aujourd’hui se rapprochent de plus en plus des standards de qualité internationaux à des prix largement inférieurs. Un argument de poids pour les consommateurs des pays en développement. L’exemple des deux roues est à cet égard édifiant. Le constructeur « Great Wall » présente actuellement à la Foire de Lomé ses derniers modèles. Des citadines, des 4X4, des pickup et des utilitaires assez similaires à ce que proposent les constructeurs japonais qui règnent encore en maîtres sur le marché togolais, mais pour combien de temps encore ? Une partie des modèles de la gamme « Great Wall » est exposée au parc des expositions où se déroule la Foire de Lomé.
LABEL QUALITE SUR LES ENGRAIS
Des experts des 15 États membres de la Cédéao et des fabricants et distributeurs d’engrais discutent depuis mercredi 1er décembre à Lomé de la possibilité d’imposer un label qualité sur la production régionale L’objectif est de parvenir à la traçabilité des circuits de fabrication et de commercialisation sur le marché communautaire grâce à un cadre juridique. «La libération de l’importation et la distribution des engrais dans plusieurs pays ouest africains sans contrôles appropriés a entraîné l’émergence de problèmes de qualité des produits qui risquent de contrarier les efforts de restauration ou de maintien de la fertilité des sols dans la sous-région », a déclaré Ousseini Salifou, le Commissaire en charge de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en eau à la Cédao. Pour le ministre togolais de l’Agriculture, Messan Ewovor, ces dispositions communautaires sont de nature à protéger les paysans contre l’insécurité alimentaire et leur permettra de disposer d’engrais certifié et à un prix accessible. AGRICULTURE - ECONOMIE RURALE - SOCIETE
ACTES DE VANDALISME SUR LA VOIE FERREE. Vols de traverses, de boulons et de rails; la voie ferrée Lomé- Blitta et Kpalimé est devenue un self-service pour les ferrailleurs. Une situation inquiétante qui a conduit le ministre des Transports, Ninsao Gnofame, à mettre en garde tous ceux qui seraient tentés de voler des équipements appartenant à l’Etat. « Aucun acte d’incivisme ne sera toléré. Les dispositions de surveillance sont mises en place et toute personne qui sera prise sera punie par la loi », a avertit lundi M. Gnofame. Publié le 30/11/ LE GHANA VA RENOVER LA ROUTE HO-NYIVE-SHIA-HONUTA En gestation depuis près de 30 ans, le projet de rénovation de la route Ho-Nyive-Shia-Honuta va enfin être lancé. C’est le ministre des Travaux publics du Ghana, Joe Gidisu, qui en a fait l’annonce samedi 27 novembre à Accra. La réhabilitation de cet axe routier de 30 km devrait être achevé dans 18 mois. Cette route, qui relie le Ghana au Togo, est vitale pour les échanges transfrontaliers et source de revenus pour l’administration grâce au poste frontière de Nyive, juste après celui d’Aflao au Togo.
TRANSPORT DE FONDS
Sept commerçants, principalement de nationalité nigériane, ont été arrêtés mercredi 24 novembre à l’aéroport de Lomé alors qu’ils s’apprêtaient à embarquer sur un vol d’Ethiopian Airlines. Les passagers avaient sur eux de fortes sommes d’argent en liquide (plusieurs milliards, d’après la Douane). Selon leurs proches, les personnes interpellées se rendaient en Chine pour faire des achats de gros destinés à leur commerce au Togo, d’ou l’argent transporté.La police cherche maintenant à vérifier l’origine des fonds. Vendredi, les commerçants du grand marché d'Adawlato à Lomé ont protesté contre une arrestation qu'ils jugent « abusive et incompréhensible » (photo). Une délégation a été reçue par un représentant des autorités. "Nous avons toujours procédé de cette manière pour faire nos achats et les autorités aéroportuaires le savent. Nous ne pouvons pas effectuer des transactions bancaires à cause des taux trop élevés et surtout des lenteurs qui n'arrangent pas notre commerce", a expliqué un commerçant. Revenant sur l’affaire, l’une des porte-parole du grand marché a indiqué que le transport de cash était une pratique courante depuis plus de 20 ans pour les commerçants nigériens, maliens, guinéens, béninois, togolais, chinois ou ghanéens. C’est la deuxième fois depuis le début de l’année que la douane intervient dans ce genre d’affaire à l’aéroport de Lomé. Le 11 janvier, un milliard et demi avait été découvert dans la mallette d’un passager et la somme récupérée mercredi avoisinerait les 8 milliards de francs, selon ce porte-parole. Les Informations sont extraites des organes de presse togolais et saisies par Candide GNANSOUNNOU, Président de l’Association France-Togo

Source: http://associationfrancetogo.fr/joomla/images/31-Aout-au-31-d%E9cembre-2010.pdf

Microsoft word - moore final 11-03 4.doc

Discussion Draft Final Copy to be presented November 18, 2003 Analysis of Cost and Service within the Utah Department of Corrections Bureau of Clinical Services Office of the Legislative Fiscal Analyst Discussion Draft Final Copy to be presented November 18, 2003 Table of Contents Executive Summary .3 Review of Services Performed . 10 Report Structure . 11 He

Prova - farmacÊutico -10 cÓpias

Nome do Candidato: _________________________________________________________ Assinatura do Candidato: _____________________________________________________ Ao receber o caderno de provas, verifique atentamente se está completo, sem rasuras, sem falhas de impressão, etc. Caso encontre alguma irregularidade, solicite ao fiscal a sua substituição; Este caderno deve conter 20 (vinte) quest

Copyright © 2010-2014 Find Medical Article