Australian people can buy antibiotics in Australia online here: http://buyantibioticsaustralia.com/ No prescription required and cheap price!

Maquette filière ovine caprine - 42 travail philippe - copie-feuillet

Filière Ovine et Caprine n°42 - 4ième trimestre 2012 PARASITES DU MOUTON : FAUT-IL TRAITER ?
LA RÉPONSE PAR ANALYSES
Catherine Richard(1), Nathalie Kirschvink(2)
( 1 ) D éparte m e nt de paras itologie , Facu lté de Méde cin e Vétérin aire , Un iv e rs ité de L iège ; 2 ) C e ntre du Mou ton , D éparte m e nt de m éde cin e v étérin aire , F UND P Un iv e rs ité de Nam u r A u fil du tem ps , les m ou ton s s on t s ou m is à m en t pa r les pa ra s ites a du ltes à l’in térieu r des in fes ta tion s rég u lières de tou s ty pes de des a n im a u x es t de 3 à 4 s em a in es . L a m u l- pa ra s ites ( coccidies , h a em on ch u s , tæn ia s , tiplica tion pa ra s ita ire ( ou « recy cla g e ») es t a lors in itiée, u n e s eu le la rv e de v ers in g éréepou v a n t pa rfois ém ettre, u n e fois a du lte eta ccou plée, plu s de 1 0 0 0 0 œu fs . C ’es t ce Cycle de vie du parasite et de son
ph én om èn e de recy cla g e qu i es t res pon s a ble hôte infesté
de l’in fes ta tion des pâ tu res et don c des a n i-m a u x . C e ph én om èn e peu t n éa n m oin s être L ors de la n a is s a n ce des a g n ea u x , ce s on t a ttén u é pa r plu s ieu rs fa cteu rs tels qu e la les coccidies qu i s on t le plu s à cra in dre. C es ch a rg e à l’h a , le ty pe d’u tilis a tion de la pra i- petits protoz oa ires on t u n e ca pa cité de m u l- rie a v a n t la s ortie des a g n ea u x ( fa u ch e, pâ - tiplica tion ex tra ordin a ire ( 1 coccidie in g érée tu ra g e m ix te, …) ou en core les con dition s cli- peu t produ ire j u s qu ’à 3 0 m illion s d’œu fs m a tiqu es ( g el, h u m idité, tem péra tu re) . C es ém is da n s l’env iron n em en t) et a ffecten t tou t fa cteu rs s eron t déta illés da n s la s u ite de cet pa rticu lièrem en t les j eu n es a n im a u x ( qu i n ’on t a u dépa rt qu a s i a u cu n e im m u n ité) ,qu ’ils s oien t élev és en pâ tu re ou en berg e- Un e fois les a n im a u x m is en con ta ct a v ec les rie. Un e fois les a g n ea u x s ev rés , le ris qu e pa ra s ites , ils m etten t prog res s iv em en t leu r d’in fes ta tion ou de réin fes ta tion pa r les coc- im m u n ité en pla ce. C ette im m u n ité s era in - cidies en berg erie s era fon ction de la g es tion du ite et m a in ten u e g râ ce à u n e ex pos ition con s ta n te et lég ère a u x pa ra s ites . L’animal
souffrira de l’infestation parasitaire lorsque

Pou r les a g n ea u x élev és en berg erie, le ris - l’équilibre entre la pression infectieuse et la ca-
qu e lié a u x pa ra s ites g a s tro- in tes tin a u x es t pacité du système immunitaire de l’animal à se
en prin cipe n u l. Pa r con tre, pou r les a g n ea u x défendre sera rompu. Mêm e s i cet équ ilibre
élev és ou en g ra is s és en pra irie, le ris qu e es t fra g ile, il es t pos s ible de l’a ttein dre d’u n e d’in fes ta tion es t g a ra n ti dès la prem ière in - m a n ière n a tu relle, en res pecta n t certa in es g es tion d’h erbe. E n effet, ce s on t les trois iè- pra tiqu es qu e n ou s déta illeron s pa r la s u ite.
m es s ta des la rv a ires des pa ra s ites ( L 3 ) , pré- C epen da n t, à certa in es périodes de la v ie du s en ts da n s les 5 prem iers cm d’h erbe, qu i m ou ton , cet équ ilibre es t rom pu , de pa r des v on t in fes ter les a n im a u x . C es L 3 prov ien - ch a n g em en ts phy s iolog iqu es im porta n ts . n en t des œu fs ém is da n s l’env iron n em en tpa r les bou s es des a n im a u x . L e tem ps en tre Pa r ex em ple, les brebis en fin de g es ta tion l’in g es tion des la rv es de pa ra s ites in fes ta n - et en débu t de la cta tion s on t pa rticu lière- tes et l’ém is s ion d’œu fs da n s l’env iron n e- m en t con cern ées ca r elles s u bis s en t u n eba is s e de leu r im m u n ité deu x s em a in es 21 Filière Ovine et Caprine n°42 - 4ième trimestre 2012 a v a n t la m is e- ba s . C e ph én om èn e en tra in e léoptères ) prés en ta n t de n om breu s es ca ra c- u n e a u g m en ta tion du dév eloppem en t la r- téris tiqu es com m u n es a u x pa ra s ites cibles .
v a ire et don c du n om bre d’œu fs ém is da n s C es pra tiqu es en tra in en t don c u n e contami-
l’env iron n em en t. D ’a u tre pa rt, les la rv es de nation générale des bouses émises.
certa in s pa ra s ites pa s s en t da n s la g la n de O r, le n om bre de m a tières féca les ém is es m a m m a ire, in fes ta n t l’a g n ea u lors de la té- pa r j ou r et pa r ov in représ en te u n e pré- cieu s e s ou rce a lim en ta ire et u n e g ra n de di- Schéma 1 : Moments clés des infestations parasitaires tout au long de la vie du mouton
Des conséquences néfastes des anti-
v ers ité d’h a bita ts pou r bon n om bre d’in s ec- parasitaires
tes coproph iles . G râ ce a u x a ction s com m u -n es de la fa u n e da n s et a u tou r de la m a tière Ma in ten a n t qu e n ou s s a v on s qu els ty pes de féca le de m ou ton , d’im porta n ts s erv ices à pa ra s ites a ffecten t les m ou ton s et à qu els l’écos y s tèm e pra iria l s on t ren du s : in tég ra - s ta des de leu r v ie, n ou s pou v on s env is a g er tion de la m a tière org a n iqu e da n s le s ol, dé- qu elqu es s olu tion s pou r a ttein dre u n équ ili- com pos ition des fèces et a u g m en ta tion de la bre h ôte- pa ra s ite et év iter des in fes ta tion s s u rfa ce pâ tu ra ble, dim in u tion du n om bre trop im porta n tes . Ma is d’a bord : pou rqu oi d’in s ectes n u is ibles pou r le béta il, … D e plu s , es t- ce im porta n t de ra is on n er l’u s a g e des la plu pa rt des es pèces prés en tes da n s cet in terfa ce terre/m a tière féca le représ en ten t Une atteinte aux insectes et à la biodiversi-
la pa rt la plu s im porta n te de l’a lim en ta tionde certa in s in s ectiv ores lors de périodes cri- tiqu es de leu r cy cle, ren da n t les coproph a - Prem ièrem en t, pa rm i les m olécu les à la rg e g es in dis pen s a bles a u bon dév eloppem en t s pectre u tilis ées pou r tra iter n os a n im a u x , des popu la tion s de leu rs préda teu rs . certa in es s on t ex crétées v ia les m a tières fé- L e ca s de la ch a u v e s ou ris G ra n d rh in oloph e ca les , prin cipa lem en t s ou s form e in ch a n g ée, perm et d’illu s trer cette problém a tiqu e. E n tu a n t n on s eu lem en t les pa ra s ites in dés ira - effet, l’étu de du rég im e a lim en ta ire et des bles m a is ég a lem en t bon n om bre d’in s ectes biotopes de ch a s s e du g ra n d rh in oloph e en coproph a g es ( prin cipa lem en t diptères et co- B elg iqu e in diqu e u n e con s om m a tion qu a s i- Filière Ovine et Caprine n°42 - 4ième trimestre 2012 ex clu s iv e en m ilieu pra iria l, en tre le m oisd’a oût et le m ois de s eptem bre, d’u n petit coléoptère coproph a g e ( A p h od iu s ru fip e s ) 1.
C ette période corres pon d à u n m om en t oùcette es pèce con s titu e des rés erv es deg ra is s es lu i perm etta n t de s u rv iv re en h iber-n a tion du ra n t les s ix m ois s u iv a n ts . Un e dis -pon ibilité res trein te de cette proie es t don ccla irem en t s u s ceptible d’a ffecter les con di-tion s phy s iolog iqu es pré- h ibern a toires decette es pèce, ce qu i peu t in du ire u n e m orta -lité a ccru e à la fin de la période d’h ibern a -tion ou u n ta u x de n a ta lité res trein t a u cou rs Chauve souris Grand rhinolophe
de l’été s u iv a n t. C ette dépen da n ce es t d’a u ta n t plu s critiqu epou r les es pèces de préda teu rs a u x ex ig en - Le développement de la résistance
ces écolog iqu es com plex es et déj à m a lm e- Un e a u tre ra is on es s en tielle pou r dim in u er le n ées pa r a illeu rs da n s d’a u tre pa rtie de leu r n om bre de tra item en ts es t le ph én om èn e n ich e écolog iqu e com m e certa in es es pèces des rés is ta n ces , de plu s en plu s fréqu en tes da n s les élev a g es ov in s . D a n s tou te l’E u -rope, le problèm e de la rés is ta n ce a u x a n - 1 Delahaye L. & Kervyn T. (2001) – Le grand rhinolophe : analyse du ré-
th elm in th iqu es es t très répa n du ch ez les pe- gime alimentaire et implications pour sa conservation en Région wal-
lonne
. – Parcs & Réserves, 56(2) : 13-18.
tits ru m in a n ts . Pa rm i les a n tipa ra s ita ires , on Schéma 2 : Influence de l’utilisation des antiparasitaires sur les insectes coprophages
et effets sur leurs prédateurs
Médica m en t a n tipa ra s ita irea dm in is tré E m is s ion de bou s es con ta -m in ées Constitution de réservesde graisse pour l'hiver N éces s ité a bs olu e du coproph a g e A p h od iu s ru fip e s à 23 Filière Ovine et Caprine n°42 - 4ième trimestre 2012 Tableau 1: Résistance des nématodes chez les animaux domestiques en Belgique
Nématode
Espèce animale
Source: CBIP-vet (2006) « Résistance aux anthelminthiques chez les ruminants et les chevaux »Folia Veterinaria 2006 n° 3 dis tin g u e en B elg iqu e prin cipa lem en t trois œu fs de v ers s en s ibles a u x v erm ifu g es . E n effet, u n e pra irie lég èrem en t con ta m in ée pa r des œu fs et des la rv es de pa ra s ites s en s ibles les endectocides, des tin és à com ba ttre
v a u t m ieu x qu ’u n e pra irie con ta m in ée pa r a u s s i bien les pa ra s ites in tern es des la rv es rés is ta n tes . D ’a u ta n t plu s qu e la ( v ers ) qu e les pa ra s ites ex tern es con ta m in a tion pa r des pa ra s ites rés is ta n ts ( m ou ch es , g a les ) de ty pe a v erm ecti- s e répa n d très v ite à l’en s em ble du trou - − les vermifuges qui, com m e leur nom
l’in diqu e, n e s oig n en t qu e les v ers I l fa u t a u s s i s a v oir qu e la dis tribu tion de ( pa ra s ites in tern es ) , prin cipa lem en t s tron g les g a s tro- in tes tin a u x a u s ein d’u n e représ en tés pa r les ben z im ida z oles et ra ce ou d’u n e popu la tion de ru m in a n ts n ’es t pa s h om og èn e. Un petit n om bre d’h ôtes − les ectocides, luttant principalem ent
con cen tre la m a j eu re pa rtie des pa ra s ites .
con tre les pa ra s ites ex tern es ( ty pe O n es tim e à 2 0 à 3 0 % le n om bre de ru m i- g a le, m ou ch es , pu ces , …) de ty pe a m i- n a n ts d’u n trou pea u h éberg ea n t 7 0 à 8 0 % tra z ( ta k tic) ou flu m eth rin e ( ba y ticol) des pa ra s ites . C e s on t ces a n im a u x les plu s L es prin cipa les fa m illes ph a rm a ceu tiqu es s en s ibles , ex créta n t de 7 0 à 8 0 % des œu fs , con cern ées pa r les rés is ta n ces s on t les ben - qu i recon ta m in en t m a s s iv em en t les pâ tu - z im ida z oles et le lev a m is ole. C epen da n t, a u v u de la g ra n de difficu lté d’év a lu er la rés is -ta n ce, d’a u tres m olécu les pou rra ien t ég a le-m en t être con cern ées ( a v erm ectin es pa r L‘utilisation raisonnée des antiparasi-
O n s a it a u j ou rd’h u i qu e l’in du ction des ph é- L es deu x ra is on s citées précédem m en t n ou s n om èn es de rés is ta n ce es t lié à la fréqu en ce don n en t don c m a tière à réfléch ir s u r n os des tra item en ts m a is ég a lem en t a u fa it de pra tiqu es et n otre u tilis a tion d’a n tipa ra s ita i- tra iter s y s tém a tiqu em en t tou t le trou pea u , res . A fin de prés erv er la biodiv ers ité de n os n e la is s a n t dès lors pa s d’animaux « refuges »,
pra iries et de n e tra iter qu e lors qu e c’es t n é- c'es t- à - dire porteu rs de pa ra s ites en core ces s a ire, plu s ieu rs pra tiqu es s on t pos s ibles .
s en s ibles a u x m olécu les u tilis ées . I l es t don c E lles s on t repris es pa r ordre ch ron olog iqu e. es s en tiel de n e pa s tra iter les a n im a u x qu i 1. A la sortie en prairie : s ortir les
n ’en on t pa s bes oin a fin qu ’ils ex crèten t des Filière Ovine et Caprine n°42 - 4ième trimestre 2012 a g n ea u x s u r des pra iries fa u ch ées ou ( v oir ta blea u ci- des s ou s ) et ch a n g er pâ tu rées pa r des a n im a u x a du ltes , les a n im a u x de pâ tu re da n s les 2 4 h s a in s et im m u n is és ; es s a y er de ré- ( a fin d’év iter qu ’ils s e re- con ta m in en t du ire la ch a rg e à l’h ecta re a u m in i- 3. 2 à 4 semaines avant la mise-bas : tra i-
2. A la mi-saison : fa ire des prélèv em en ts
de m a tière féca le s u r u n e diz a in e de m ou ton s a fin de v érifier l’in fes ta tion ex em ple) . C ette pra tiqu e perm et de du trou pea u . D es prélèv em en ts ciblés lim iter le n om bre de la rv es tra n s fé- s u r des a n im a u x m oin s en éta t peu - rées v ia le colos tru m et le la it ( lié à la v en t ég a lem en t être env is a g és a fin de ch u te im m u n ita ire qu i débu te ±2 s e- con n a ître leu r in fes ta tion in div idu elle.
m a in es a v a n t la m is e- ba s ) et perm et E n ca s d’in fes ta tion m a s s iv e : tra iter d’a m éliorer la ca pa cité de dig es tion / a v ec u n e m olécu le peu rém a n en te d’a bs orption de n u trim en ts ch ez la Tableau 2 : Médicaments vétérinaires disponibles en Belgique, classés en fonction de leur toxicité
pour les insectes coprophages
(rouge : les plus toxiques ; orange : toxique ; jaune : faiblement toxique ; vert : non toxique)
NOM COMMERCIAL
Substance active Temps d'attente Prix par traitement Parasites ciblés
Rémanence
et douve (stades ma- ?tures et immatures) 25 Filière Ovine et Caprine n°42 - 4ième trimestre 2012 brebis . C ela a s s u re don c u n e m eilleu re fes ta tion m a j eu re des a n im a u x , le ta blea u 2 crois s a n ce fœta le et produ ction la itière.
repren d les différen ts m édica m en ts dis pon i- 4. Pendant la saison de pâture : s u iv re les
bles en B elg iqu e pou r le tra item en t des ov in s .
con dition s clim a tiqu es ( les pics de pres -s ion pa ra s ita ire s ’obs erv en t à la m i- C es qu elqu es pra tiqu es perm ettron t a u x a n i- j u illet pa r tem ps plu v ieu x a lors qu ’ils m a u x d’éta blir u n équ ilibre en tre la prés en ce s eron t dépla cés v ers l’a u tom n e en ca s de pa ra s ites et le dév eloppem en t de leu r im - de tem ps s ec) ; es s a y er de g a rder u n e ch a rg e à l’h ecta re la plu s ba s s e pos s i-ble ; pra tiqu er la rota tion des pâ tu res le En conclusion.
plu s s ou v en t pos s ible en ch a n g ea n t lesa n im a u x de pa rcelle lors qu e la h a u teu r En limitant le risque d’infestation parasitaire et
d’h erbe des cen d en - des s ou s de 5 cm ; en se basant sur des analyses précises, les trai-
pra tiqu er le pâ tu ra g e m ix te a v ec des tements des animaux pourront être raisonnés
ch ev a u x ou des bov in s s i pos s ible.
et réduits. Cela présente le double avantage de
5. Pendant toute l’année : perm ettre a u x
non seulement limiter les frais liés aux médica-
a n im a u x de dév elopper u n e bon n e im - ments mais également de préserver la biodiver-
m u n ité g râ ce à u n e a lim en ta tion a da p- sité de nos prairies, en rendant possible la sur-
vie d’insectes coprophages et donc de leurs pré-
S i u n tra item en t s ’a v ère u tile s u ite à des a n a - dateurs.
ly s es de m a tières féca les qu i rév èlen t u n e in -

Source: http://www.ficow.be/website/Upload/Par42.pdf

Untitled

In This Skin There’s no reason to cover up this summer. The newest body care treatments are non-invasive and will rid your skin of its blemished Text By Anne Rasminsky The skin on our body is a veritable scrapbook of our existence, a time capsule of sorts, containing physical tokens of the past: the scar on your knee you got the first time shaving; the marks on your back from that

C:\inmedialo\oko\heft_223-56\titelei\contents.dvi

Jahrbücher f. Nationalökonomie u. Statistik (Lucius & Lucius, Stuttgart 2013) Bd. (Vol.) 233/5+6 Inhalt / Contents Abhandlungen / Original Papers Buchbesprechungen / Book Reviews Barnett, William A. , Getting it Wrong. How Faulty Monetary StatisticsUndermine the Fed, the Financial System and the Economy . . . . . . . . . . . Heckman, James J. , Giving Kids a Fair Chance . . . .

Copyright © 2010-2014 Find Medical Article